Une équipe face à deux mythes

Share Button

10 octobre 2013

isladoradaUne équipe face à deux mythes

Isla Dorada

Alors autant le dire tout de suite, la date de l’article n’est pas celle de sa création, mais celle de la touche finale sur les figurines détaillées plus loin. Oui, j’ai triché… et j’en suis fier.

Isla Dorada est un jeu de société pas assez connu à mon goût. Vos compagnons et vous êtes une expédition perdue sur une île et vous devez, chacun pour soi, glaner un maximum d’artéfacts, qui ne seront valorisés qu’en passant dans les différents temples et autres lieux qui leur sont dédiés. Par majorité, de cartes, vous pourrez prendre la tête de l’expédition et choisir sa future destination, sauf si avec gestes, hurlements et cartes un autre joueur impose sa route, laissant les autres partenaires applaudir, houspiller, maugréer ou chouiner (tant que c’est pas interdit par les règles).

Bref un jeu amusant dont le self-control sera plus important que le contrôle par soi-même de l’expédition. Dans la boîte, sont fournis trois figurines. Un totem représentera l’expédition et deux monstres mythiques, le Bigfoot et le Léviathan,  viendront bloquer notre route de temps en temps. Et qui dit jeu amusant, dit figurines rigolotes. Donc loin de moi l’idée de faire du sale, de l’usée ou du sanglant. Non, ce sera du propre, du mignon, du beau, du bon, du bonnet.

isladorada0

Le clique et les têtes à claques 

isladorada2

… ou le sud ?

isladorada1

Le nord …

Alors malheureusement pour vous, je n’ai pas noté les différentes étapes pratiquées et les peintures utilisées. Mais je vais faire appel à ma mémoire infaillible de poisson-rouge pour écrire les quelques mots qui suivent.

Comme toujours c’est du Citadel. Une sous-couche en Skull White pour tous, afin d’intensifier la clarté.

Pour le totem de l’expédition, c’est déjà plus simple, mais aussi plus compliqué. Il n’existe aucun visuel artistique de cette figurine dans le livret. J’étais donc libre de faire à ma guise. D’un autre côté, il s’agissait de têtes enchevêtrées sur un socle sculptée.

Pour les têtes, des aplats suivis de lavis (ou jus), terminés par quelques brossages à sec pour accentuer certains effets (le nez rouge par exemple). La tête de l’aviateur n’a eu qu’un aplat et un brossage à sec, de même que le chapeau, les moustaches et le bol (ou le casque de l’aviateur si vous préférez).

Les feuilles ont reçu un aplat, un jus vert et un brossage à sec. Pour finir le socle a eu droit aussi à un aplat, un jus de Gryphone Sepia, excellent pour cet effet miel, et un brossage à sec uniquement sur les deux arêtes circulaires.

isladorada3

Non, il réfléchit ! Il ne fait rien d’autre !

Pour le Bigfoot, ce fut une autre paire de manches. Une carte à son effigie donne clairement le ton de la figurine et le schéma de couleurs.

A part trouver les bonnes couleurs parmi ma palette de cent vingt pots, les techniques sont basique avec deux aplats et quelques brossages à sec. Seule la peau a reçu qu’un seul aplat suivi d’un brossage à sec.

Contrairement à mon travail habituelle, les deux aplats devaient vraiment forcer le trait. En conséquence, un marron très foncé puis un ocre-orangé, ou un vert foncé puis un vert fluo.

Les figurines sont très bien sculptées et malgré un aspect caoutchouteux qui peut faire craindre le pire en terme de résultat, je n’ai pas eu de souci particulier.

Enfin… presque. Mon unique et principale souci fut vraiment de coller aux magnifiques illustrations de Naïade. La première étape qui consiste à choisir les couleurs, ou tout du moins, trouver le plus approchant selon ma large palette fut vraiment le plus difficile.

isladorada4

Les dents de la mer…

Autant pour le Bigfoot, ce fut simple et rapide, que pour le Léviathan, là je me suis arraché les cheveux.

Après un premier jet catastrophique et un bain au Bendix pour décaper tout ça, le bestiaux a refait un passage à la sous-couche, et moi chez mon fournisseur de pots pour quelques bleus.

Le corps a reçu un bleu-turquoise puis un brossage en bleu-vert très clair, puis un second brossage très léger en Mithril Silver pour donner un peu d’iridescence, comme les écailles d’un poisson. La collerette et la traîne sur le dos reçoivent des aplats de trois jaunes. Les tentacules ont juste eu droit à un second aplat très prononcé sur un bleu turquoise.

Enfin pour finir, je voulais que le Léviathan ait un aspect luisant, liquide, comme s’il sortait de l’eau. Pour cela, j’ai utilisé un produit Citadel très visqueux mais qui offre cette transparence, cette épaisseur et cette brillance qu’est l’eau. Donc mon monstre a eu droit à de l’ « eau sèche » sur toute sa surface.

Pour finir, j’ajouterais que j’ai fait une grosse erreur. Comme pour les figurines de Gears of War et de The Adventurers: la Pyramide d’Horus, j’ai appliqué un vernis soi-disant mat sur le totem de l’expédition et le Bigfoot. Sauf que j’en ai  mis trop et que cela a eu l’effet inverse. Donc celles-ci étaient aussi brillantes et collantes. Donc un passage de Medium a corrigé cela sans trop de difficulté (même si j’ai vu poindre sur les photos quelques zones très petites mais encore trop brillantes).

isladorada5

… et son dos

Merci de m’avoir lu et dans l’espoir que cet article vous a été utile.

Share Button
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.