Gears of War : En solitaire VI

Share Button

Du 4 au 9 juillet 2017

gearsofwarGears of War : En Solitaire

6ème partie: la Horde (Mode Horde)

Gears of War, le jeu de plateau, fait parti de ces jeux coopératifs qui vous mettent les nerfs à vif, usant votre patience à coups de Locustes innombrables et de défaites frustrantes. Surtout lorsque vous jouez à quatre, soit le nombre maximum de joueurs possibles. Mais il est possible de jouer seul et c’est à cela que nous allons nous intéresser.

Pour commencer, le Mode Solo permet d’utiliser une carte réaction « Suivre » pour avancer d’une case supplémentaire. De plus, la génération des ennemis dépend fortement du nombre de joueur. Donc théoriquement, si je joue seul, il y a moins d’ennemis et, qui sait, des ennemis moins difficiles.

Pour toutes ces sessions Solo, j’ai décidé de prendre le personnage Marcus Fenix. Habituellement, c’est le chef d’équipe. Mais pour ces parties en solitaire, avoir une carte de plus me semble être une bonne idée.

Vous pouvez retrouvez les précédentes missions ici :

1ère mission : Émergence

2ème mission : un Magasin de Porcelaine

3ème mission : Rencontre macabre

4ème mission : Barrages Routiers

5ème mission : la Ruche

Préparation :

Cette mission est la dernière de la boîte de base. Pour information, il existe une septième mission mais elle se joue à deux joueurs minimum, car elle demande de partager l’équipe en deux. Et tout le monde sait qu’un demi-homme ne sert à rien.

Pour en revenir à la mission de cet article, elle se déroule sur un terrain limité et définitif. Six étapes successives vont générer un duo, puis un trio de Locustes particuliers à chaque étape, développant l’agressivité des ennemis et la difficulté de la mission au fur et à mesure. L’objectif de chaque étape est simple : éliminer toutes les menaces en jeu. Quatre zones proposent de récupérer des armes, des munitions ou une grenade Bolo. deux d’entre elles sont réactivées à chaque étape.

La première étape commence avec des Rebuts et des Drones.

1ère partie, acte 1 :

Ma première action est d’ « assaillir » un Drone perché sur un balcon. Je viens me placer dans son dos et tire au fusil Lanzor, le mettant immédiatement à terre. Ses congénères avancent vers moi sans me tirer dessus.

Je me « mets à couvert » sur le balcon et ramasse un fusil Sulfator. C’est une arme puissante mais qui interdit les mouvements de plus de deux zones (cases). Puis je descends du balcon, me place à couvert, à l’opposé du premier Drone visible. Au loin, j’entends les Rebuts approcher.

Ensuite je tends une « embuscade » au Drone et l’élimine dès qu’il pointe le bout de son nez. Mais ses camarades avancent tranquillement vers moi.

Je temporise en me « mettant à couvert », encore, et je réagis à la Sulfator lorsqu’un Drone vient me chercher des noises. L’arme est si efficace que je peux aussi tirer sur le dernier Rebut, planqué derrière un muret à très longue distance. La chance me sourit, d’une certaine manière, il meurt et je peux passer à la seconde étape.

1ère partie, acte 2 :

Chaque puits d’émergence crache un Rebut et un Drone, doublant le nombre d’ennemis du premier niveau. Je lance une grenade Bolo sur les deux Locustes les plus proches, qui les réduit en bouillie et recule sur ma position de départ. Les Rebuts sentent ma présence et se déplacent très, trop rapidement vers moi.

Je procède alors à un « tir aveugle » et élimine deux Rebuts un peu trop affectueux. Deux nouveaux Drones apparaissent en fin de parcours et tous les Locustes s’avancent. Je flingue le premier Rebut visible, malgré son couvert, ce qui excite tous les Drones. L’un d’eux me blesse sérieusement, bien que je m’y sois préparé derrière mon muret.

Je « reste immobile » un instant, puis je tends une « embuscade » sur un Drone. Je ne fais que le blesser, mais je respire en voyant les Rebuts s’activer. Toutefois, ma position est intenable. Alors je tue le Drone près de moi et me place dans le dos d’un autre planqué sur le balcon, pour finalement le tuer à son tour et prendre sa place derrière le couvert. Tout autour, j’entends les Locustes survivants se rapprocher rapidement.

Je tente un tir sur un Drone, sans succès, et recule pour m’enfermer davantage à l’extrémité close du balcon. Les Drones se jettent alors sur mon précédent couvert.

Ma manœuvre suivante me fait traverser leur rang et reprendre position sur ma zone d’entrée. Les Drones me suivent, je réagis en abattant un et je parviens à me protéger des tirs d’un autre.

Finalement je tente ma chance contre deux Rebuts en m’extirpant de ce coin sans issue. Je continue ensuite dans leur dos pour récupérer un Mortier. Les Drones ne m’ont pas oublié et me poursuivent.

Je blesse un Rebut, déguerpis de mon impasse et avance vers la porte de sortie bloquée. Les Rebuts me suivent. Puis je me déplace encore en retrait pour me jeter derrière un muret. Les Drones marchent tranquillement dans ma direction. Ce n’est pas pour me déplaire car je peux me reposer un peu et reprendre des forces.

Je tente alors un « tir aveugle » et élimine un Rebut, pendant que son congénère avance vers moi. Je lui tends donc une « embuscade » et le rétame dès qu’il s’approche de moi. À ce stade, il ne reste plus que deux Drones. Mais ils se révèlent acharnés et je recule encore. Toutefois, il me suffit de patienter un peu pour pouvoir utiliser le Mortier. Un obus et les deux derniers Drones tombent à terre.

1ère partie, acte 3 :

Immédiatement, des Boomers et des Rebuts viennent les remplacer. Pire, trois vermines rampantes se jettent sur moi. Je me protège comme je peux mais les voraces m’infligent presque le coup fatal.

Je parviens à m’extirper de leurs griffes et je me réfugie vers la fin du niveau. Puis je recule encore pour « récupérer » une munition et une grenade. Au loin, j’entends les trois Boomers progresser vers moi. Il faut que je me débarasse d’un maximum de Rebuts avant que ces gros lourdauds me tombent sur le dos.

Je « récupère » encore une munition pour le Mortier, puis je réagis dès que l’atroupement de Rebuts se présente. Un coup de mortier et quatre Rebuts tombent à terre.

Finalement je prends mon courage à deux mains (ou à deux dés), je m’avance un peu vers les Boomers et patiente derrière un muret, près à aligner le premier qui pointe le bout de son nez. Mais la fortune est contre moi : je ne peux ni réagir ni me protéger, et ce saloupiaud fait pleuvoir le feu sur ma tête, qui en prend un sacré coup.

Je décide de retourner dans le fond du parcours, en espérant avoir le temps (et les cartes) pour me refaire une santé. Surtout que les Boomers bougent encore, bien décidés à me faire la peau. Je passe deux minutes à « rester immobile », laissant un Rebut avancer, puis je m’avance dans la salle d’un Boomer. Je me mets à couvert et je parviens à le tuer en deux rafales. Un autre Boomer arrive en renfort, que j’élimine aussi sec.

Seul dans la salle, j’en profite pour récupérer les munitions d’un lance-grenades. Quand un Rebut se jette sur moi et me blesse sérieusement.

Encore une fois, je dois temporiser et me soigner. Je retourne à la fin du plateau. Toutefois le Rebut me suit et m’attaque. Par chance je parviens à esquiver ses griffes. Alors je m’écarte du Locuste et je le crible de balles.

Je profite d’être à nouveau seul pour me « mettre à couvert » et retrouver un peu de santé. Au loin, les pas du dernier Boomer se font de plus en plus pressants.

Je décide de lui tendre une « embuscade » et l’allume au Mortier. Je le blesse et un Rebut attenant tombe à terre. Mais ce mastodonte se révèle soudain la menace la plus faible, car des Rebuts sortent de trois puits d’émergence proches et m’encerclent.

Je lance une grenade dans mon dos, et la déflagration me débarrasse de deux Rebuts et ferme un puits d’émergence. Dans la foulée, je respire un grand coup et « reste immobile ». Puis je tire au lance-grenade sur le Boomer et son compagnon Rebut. Les deux meurent sur le coup. Je traverse alors la zone de déflagration, expulse un Rebut de sa position et l’exécute sans sommations.

À ce stade de l’opération, il ne reste plus que deux Rebuts. Mais les mauvaises surprises sont toujours possibles. Comme celle de les voir rappliquer à moins deux pas de moi…

Je n’attends pas ma mort et je retourne vers la fin du niveau, laissant les Rebuts sur place. Cependant un Boomer sort de terre juste à mes pieds. Mon réflexe conditionné de militaire me fait appuyer sur la détente et le tas de muscle se vautre sur le sol, inerte. Mais déjà un autre prend sa place dans ma ligne de tir. Je le « massacre » immédiatement, ramenant enfin la menace aux deux uniques Rebuts.

Je profite de ce moment de calme pour reprendre un peu de force. Toutefois, les Rebuts me retrouvent et se plantent devant moi. Leurs griffes frappent l’air plutôt que ma chair. Bien heureux car je me rends compte que je commence à manquer de munitions. Je tente alors un « tir aveugle » sans gaspiller mes munitions. Par chance, les deux Rebuts sont touchés mortellement.

1ère partie, acte 4 :

Des Kantus et des Tickers viennent les remplacer. De plus, les petites mains de la logistique ont réapprovisionné les caches d’arme du niveau.

Je flingue le premier Ticker à portée et récupère une grenade Bolo. Au loin, j’entends les crissements des rampants explosifs sur le sol. Je « reste immobile » un moment, puis je me lance à l’assaut des Kantus.

Mais une fois au milieu des troupes ennemis, je ramasse des munitions et me débarrasse de deux Tickers, quand un troisième, que j’avais laissé en arrière, ramène sa trogne d’un peu trop près. Je parviens à m’en défaire et je rétame un Kantus.

Je tente alors une « embuscade » sur un autre Kantus. La manœuvre fonctionne et le Locuste capé meurt, mais cela attire sur moi deux Tickers. Leurs attaques ne me blessent pas, mais leurs disparitions explosives me blessent.

Pour le moment, il n’y a plus que deux Ticker et un Kantus. Toutefois, je recule pour retarder notre rencontre et récupérer un peu de vitalité. Je passe deux minutes à couvert, laissant le Kantus puis le Ticker s’approcher doucement de moi.

Mon corps revigoré et mes armes chargées, je me lance à l’ « assaut » du Ticker et je le renvoie dans son enfer. Sur place, je « récupère » une munition et je « me mets à couvert ». Je dois être à fond lorsque le Kantus se pointera. Surtout qu’il est devancé par le TIcker.

Je cible ce dernier lorsqu’il apparait à la sortie d’un couloir. Puis je réagis quand le Kantus se pointe à son tour. Le Ticker est mort et le capé est blessé. Mais un autre Ticker sort de terre.

Finalement je tends une « embuscade » sur le Kantus et l’élimine du tableau des menaces, puis j’extermine le dernier Ticker.

1ère partie, acte 5 :

Les bouches de terre Locustes crachent trois Gardes Theron et trois Kantus. Cette étape de la mission ne sera pas facile. Surtout que j’ai un Kantus juste sous mon nez.

Je ne bouge pas pour récupérer des munitions. Mais le Kantus me cherche des noises et se retrouve affublé d’un Ticker. En réaction, je le blesse sans l’éliminer pour autant.

Je tente alors un « tir aveugle » autour de moi. Le Kantus et le Ticker tombent à terre, mais je n’ai fait que faciliter l’accès à deux Gardes. Je me déplace et j’ « assaille » l’un des deux, tout en m’écartant de l’autre. Puis je me réfugie dans un recoin, quand des Tickers sortent de terre.

J’en profite pour respirer deux minutes et reprendre des forces, avant que j’abatte le premier à ma portée et que je vienne occuper sa position. Caché derrière mon muret, je tire au lance-grenade sur un Garde et un Ticker et les éparpille façon puzzle. Dans mon dos, j’entends un TIcker s’approcher. Je réagis immédiatement et le mets à terre.

Sans réfléchir, je « charge » le dernier Garde Theron et m’en débarrasse facilement. Presque trop facilement car deux Kantus et un Ticker me toisent.

Un accès de peur, ou de raison, m’envahit. Je lance une grenade et je recule pour me réfugier plusieurs mètres loin d’eux, sans même chercher à savoir ce qu’il leur est advenu. Le Ticker a disparu de mes radars.

Finalement je tente une « embuscade » sur un Kantus, le blessant seulement, et je vois apparaître sur mon flanc un nouveau Garde. Alors je frôle le Kantus pour rejoindre son congénère. Ce dernier veut bien sûr me faire la peau. Je réagis sans même parvenir à érafler son casque, pendant que lui m’écharpe facilement.

Après trois salves, je parviens à le « massacrer ». Ma rage me permet aussi d’éliminer le dernier Garde, un tir parfait au moment où il amenait sa trogne sous mon viseur.

Après cette accès d’adrénaline, je « cours » me réfugier au fin fond du niveau. J’en profite pour pousser ma retraite et ramasser une grenade neuve. Pendant ce temps-là, le Kantus appelle un renfort.

Revitalisé, je me permets d’ « assaillir » un des Kantus. Je ne parviens qu’à le blesser. Cependant mon acte pétaradant indique ma position à trois Tickers qui sortent de terre.

Je retourne alors dans le dernier recoin possible et tue un Ticker passif. Tous les autres progressent vers moi. Je me retrouve ainsi à flinguer un à un les Tickers, au fur et à mesure que ces Locustes avancent lentement vers ma position. J’arrive à éliminer le dernier rampant, alors que les Kantus ne bougent pas d’un poil.

Cette élimination fut une erreur car trois nouveaux Tickers sortent de terre et je recommence à les cibler l’un après l’autre, comme des canards à la fête foraine. Sans compter que les Kantus se soignent mutuellement. La poisse !

Pire, je me retrouve rapidement encercler sans voir une issue à ce drame.

Finalement j’utilise un Ticker en lui tendant une « embuscade » et je parviens à éliminer les derniers Kantus et ce Ticker avec une grenade. Je me sens soulagé, jusqu’à ce qu’un Garde Theron se pointe sur mon flanc.

Je réussis à m’en débarrasser en deux salves, puis je tire sur le dernier Ticker, l’unique Locuste en jeu, dont sa mort pourrait me blesser.

1ère partie, acte 6 :

Effectivement, la mission s’amplifie dans l’horreur et la bestialité. Le Ticker mort, une nouvelle fournée de Locustes apparait. Six Drones pour commencer, puis trois Boomers, et enfin une Berserker. La bête est là et elle fait aussi partie des cibles à abattre.

Toutefois je gagne aussi une nouvelle arme : le Rayon de l’aube. C’est la seule qui peut percer la couenne de la Berserker. Mais elle peut aussi être utilisée contre les autres Locustes.

J’explose la tête d’un Drone à peine sorti de terre. Ensuite j’en « massacre » un autre avant qu’il ne bouge. Et encore un autre subit mon courroux en s’approchant. Un quart des ennemis présents, presqu’un tiers, vient de tomber. Un petit quart certes, mais un quart quand même.

Mais je ne dois pas oublier qu’à chacun de mes tirs, à chaque bruit que je fais, la Berserker fait un pas vers moi.

Gonflé à bloc et riche de munitions, je poursuis mon écrémage. Je m’avance vers un couvert, tue un autre Drone et blesse un Boomer avec le Rayon de l’aube.

Je tente et réussi un « tir aveugle » sur le Boomer. Pendant ce temps-là les autres Boomers avancent. Je ne quitte pas ma position à couvert. Je suis bien protégé et je vois venir les Locustes par un petit couloir. S’ils continuent à se présenter un par un, ça va être du gâteau. Mais ne crions pas encore victoire…

Après un tour de charge, le Rayon de l’aube est disponible et je l’utilise sur un Boomer. Je le finis ensuite au Lanzor. Mais je me rends compte que je vais bientôt être à sec et je me jette dans la salle suivante pour récupérer trois munitions. J’en profite pour faucher un Drone au lance-grenade.

Cependant la Berserker se retrouve juste devant moi. C’était calculé bien sûr, car je « reste immobile » un instant, laissant le dernier Drone avancer d’un pas, puis je pars au loin à plus de cinq pas de la Berserker, ramassant au passage un pistolet Gorgone chargé qui avait été abandonné près d’un cadavre de Kantus beaucoup plus tôt.

En faisant les comptes des ennemis, soit un Drone, un Boomer et la Berserker, et après avoir vérifier ma santé et mes munitions, le bilan est plutôt positif. Je retourne alors à mon couvert favori, celui qui m’offre un parfait visuel sur l’approche des ennemis.

Je tends donc une « embuscade » à la Berserker. Mon arme spéciale réussit à la blesser du premier coup. Maintenant que sa carapace est entamée, je vais pouvoir lui tirer dessus avec n’importe quelle arme. À la suite, un Boomer reçoit une charge de lance-grenade et commence à pisser le sang.

Je tente contre la Berserker un nouveau tir de Rayon de l’aube, vidant la réserve de l’arme, mais la bête supporte l’énergie déployée. Je charge alors le Boomer blessé et le mets à terre définitivement. Je tente encore ma chance contre la bête, cette fois-ci au Lanzor. Il semblerait que la grande carcasse soit plus difficilement à abattre que prévu. Je me réfugie alors au centre de la salle, me retrouvant entre une Berserker bien décidée et un Drone qui flaire le CGU puant l’incertitude.

Je tente encore deux tirs sur la Berserker, au Rayon de l’aube rechargé d’abord, puis au pistolet Gorgone. Mais rien n’y fait : la bête esquive tout. Pire je me retrouve avec la Berserker et le Drone, tous les trois ensemble sur la même zone.

Je n’ai pas le choix : il me faut fuir, retraiter un instant ou deux, sinon je risque la baffe de trop, la salve mortelle, le risque inutile. Je recule en deux temps, jusqu’au fond de la zone de combat. Je ramasse une grenade au passage. Au loin, j’entends la Berserker faire un pas et grogner. Puis le gémissement plaintif du Drone qui vient de s’en prendre une par la bête.

Je me mets à couvert et récupère une munition pour le Rayon de l’aube. La recharge automatique ne fait gagner qu’un tir après avoir été épuisée. Mais rien ne m’empêche d’en mettre plus volontairement. Surtout que cette arme puissante va m’être bientôt utile : la Berserker fait deux pas dans ma direction.

Je l’attends encore un peu, restant sur ma position et chargeant une nouvelle munition sur le Rayon de l’aube. Une minute de plus à attendre et c’est le Drone qui bouge.

Finalement je décide d’aller chercher la Berserker. Je cours dans sa salle, me place à couvert dans un coin opposé et lui tire dessus. Le rayon de plasma ne l’atteint pas. Pire, ma position actuelle est compromise par un Boomer qui sort de terre dans mon dos.

J’enrage de mourir si bêtement. Je défourraille au Rayon de l’aube sur la Berserker, qui tombe enfin, puis je me jette sur le Drone avec la tronçonneuse du Lanzor, qui le découpe en deux. Épuisé mais pas vaincu, j’entends le Boomer s’avancer dans mon dos. Je réagis aussi sec au fusil Lanzor et une salve de munitions le transperce.

J’ai gagné ! Seul face à toute la horde de Locustes. J’ai gagné. Et j’ai surtout fini tous les scénarios de la boîte de base. Il ne me reste plus que les deux missions de l’extension.

Voilà pour cette session jeux spéciale Gears of War. Rendez-vous dans les commentaires, sur Facebook ou pour la prochaine session.

Voici d’autres photos prises lors de cette partie :

Share Button
1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.