Gears of War : En solitaire VIII

Share Button

14 juillet 2017

gearsofwarGears of War : En Solitaire

8ème partie: l’Affrontement

Gears of War, le jeu de plateau, fait parti de ces jeux coopératifs qui vous mettent les nerfs à vif, usant votre patience à coups de Locustes innombrables et de défaites frustrantes. Surtout lorsque vous jouez à quatre, soit le nombre maximum de joueurs possibles. Mais il est possible de jouer seul et c’est à cela que nous allons nous intéresser.

Pour commencer, le Mode Solo permet d’utiliser une carte réaction « Suivre » pour avancer d’une case supplémentaire. De plus, la génération des ennemis dépend fortement du nombre de joueur. Donc théoriquement, si je joue seul, il y a moins d’ennemis et, qui sait, des ennemis moins difficiles.

Pour toutes ces sessions Solo, j’ai décidé de prendre le personnage Marcus Fenix. Habituellement, c’est le chef d’équipe. Mais pour ces parties en solitaire, avoir une carte de plus me semble être une bonne idée.

Vous pouvez retrouvez les précédentes missions ici :

1ère mission : Émergence

2ème mission : un Magasin de Porcelaine

3ème mission : Rencontre macabre

4ème mission : Barrages Routiers

5ème mission : la Ruche

6ème mission : la Horde

7ème mission : à la Recherche du Paria

Préparation :

Cette mission fait partie de l’unique extension Print-on-Demand. Ce scénario se jouera en deux actes, avec deux niveaux et, en plus des Gardes du palais, deux nouvelles unités Locustes : une Berserker enragée (qui se joue comme un Boucher) et des Grenadiers. Mon soldat CGU commence aussi cette mission avec un lance-flammes Calcinator dans son barda.

1ère partie, acte 1 : tuer la Berserker et explorer le second niveau.

La Berserker enragée sera plus simple à blesser et tuer que lors d’un précédente mission « un Magasin de Porcelaine ». Mais sa mort est une nécessité pour débloquer l’accès au second niveau.

Déposé à l’entrée d’un U, je charge un premier Grenadier. Il meurt immédiatement car il est faiblement protégé. Cependant un de ses frères d’armes me prend à revers. Sa course l’essouffle et il ne m’attaque pas. Soit, je m’en défait que plus rapidement. Au loin j’entends le pas lourd de la Berserker, toujours attiré par le scattato de mes armes.

Je décide d’avancer vers un couvert, à deux pas de la Berserker, et patiente pendant l’avancée d’un Garde du palais. Je profite qu’ils sont ensemble pour lancer une grenade. La Berserker est gravement blessée mais le Garde n’a rien. Je réitère mon attaque sur la Berserker au Lanzor et celle-ci tombe définitivement. J’ai de la chance sur mes attaques et bientôt je découvre que j’en ai aussi sur mes défenses, lorsque le Garde me cible et défourraille sur mon muret plutôt que sur ma tête.

La porte du second niveau étant maintenant débloquée, je ne demande pas mon reste et je marche rapidement vers cette porte, laissant le Garde sur place puis dans mon dos. Malheureusement, au moment où je ramasse des Munitions, un Grenadier tout frais sort d’un puits d’émergence. Ce nouvel arrivant me stresse et je pars me réfugier derrière un couvert, au plus près de la porte. Je tire sur le Garde du palais, le blessant avec difficulté.

Je décide de ne pas attendre plus longtemps et je me jette à travers la porte du second niveau.

1ère partie, acte 2 : tuer le général Raam.

Je tombe sur trois petites salles remplies de Gardes du palais. Et au bout du chemin, près de la porte de sortie, un Boomer imposant se dresse fièrement : le général Raam. C’est ma nouvelle cible et sa mort mon nouvel objectif.

En franchissant la porte en trombe, je finis mon déplacement sur un couvert occupé. Je dégage ainsi un Garde de cette position et le blesse. Puis je le termine à la tronçonneuse.

Le général Raam semble être le seul à réagir depuis mon arrivée. Je crains une réaction incontrôlable des autres Locustes qui peut venir d’un seul coup et à tout moment.

Je reviens donc en arrière. Je « force le passage » en sortant de son couvert le Grenadier resté en arrière et le blesse au passage. Je réitère mon acte par un « tir aveugle » au Pistolet court. Le Grenadier tombe et délaisse deux grenades. Le Garde du palais reçoit en pleine poitrine les balles de la seconde salve.

Je recule encore et ramasse le pistolet Gorgone abandonné par le Garde mort. Le général Raam me poursuit toujours et mon manque de munitions m’oblige à m’intéresser aux deux grenades qui trainent sur le sol. Je suis trop tenté et je cours les ramasser, me « mettant à couvert » pour l’occasion. Mais les Locustes forcent leur marche et je me retrouve à portée de leurs armes.

Je ne fuis pas cette fois-ci et je tire deux salves au Lanzor sur le Grenadier pour l’éliminer. Mais le général imposant se faufile à mes côtés. Je réagis au lance-flammes Calcinator. Non seulement je n’arrive pas le blesser, mais sa réponse m’inflige cinq blessures d’un coup.

Je « reste immobile », puis je m’emploie à le « massacrer ». Je perpétue trois attaques au Calcinator et le général ennemi tombe malgré son expérience, ses défenses et sa grande vitalité.

Je réussis la dernière mission de ce jeu de plateau en une heure trente, comme la précédente. Après toutes les difficultés rencontrées avec les premières missions et le remue-méninges qu’elles ont provoquées, ces deux dernières missions ont été très, voire trop rapides. Une volonté peut-être d’équilibrer le jeu ? Possible, tant la difficulté était forte lorsque l’on jouait à quatre avec les scénarios de base.

Voilà pour cette dernière session Jeux spéciale Gears of War. Vous n’en verrez à priori plus d’autres car j’ai décidé, après ces huit parties en solitaire et des dizaines à plusieurs jouées au cours des quatre années précédentes, de revendre mon exemplaire à un ami. Cela ne vous empêche pas toutefois de commenter en bas de page ou sur Facebook.

Voici d’autres photos prises lors de cette partie :

 

Share Button
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.