En l’an de grâce 1900…

Share Button

25 avril 2015

jeux2504150

Fin du premier tour de jeu.

En l’an de grâce 1900…

Diplomatie (Diplomacy)

Asnières

Le monde est vaste quand nous sommes jeunes. Mais quand nous avons la sagesse d’un personne faîte et l’étiquette d’un monarque ou d’un président, la soif de conquête et de domination réduit ce monde à une simple carte. Dès lors, l’Europe se trouve confronter à ses vieux démons… ludiques.

Ainsi l’empereur Scorpion, maître de l’Autriche-Hongrie, nous fait part de sa vision de l’Europe et ses mécanismes, en mettant en place son jeu Diplomatie (version Descartes).

À ces côtés, le sultan Bob Wing devra gérer l’Empire Ottoman, le tsar Mickaël « Poutinov » s’étalera depuis la Russie, la kaiser Doucedidine II assoira le drapeau germanique, le roi DomCo tentera de sortir de ses îles britanniques, la présidente Mara77 prônera la démocratie à la française, et le roi Sly17 appliquera la politique d’expansion italienne.

Tous les protagonistes commencent l’Histoire avec trois unités militaires, prédéfinies par les règles. La partie de divisant en sept années, chacune en deux saisons, les objectifs les plus intéressants restent ces régions comportant un point noir ou adverse, qui assure à son propriétaire de pouvoir déployer de nouvelles unités.

Année 1900

Les premiers territoires sont cernés de territoires inutiles où tous s’y déploient au Printemps, afin d’atteindre à l’Automne leur véritable objectif industriel. Ainsi les anglais débarquent sur le continent en Belgique et en Norvège, et contrôle la Manche. La France s’étale au Royaume d’Espagne, seule à s’intéresser à la péninsule ibérique. Les « soldati » prennent pied dans la Royaume de Grèce, pendant que les austro-hongrois descendent en Serbie. Les turcs s’arrogent la Mer Noire et débarquent en Bulgarie. Les soldats du tsar s’installent en Roumanie, tandis que sa flotte prend possessions des mers froides et de la Suède. Puis l’Allemagne se déploie au Danemark et aux Pays -Bas.

DiploMapAvril15t0

Bien que la première saison fut une période d’appréhension, avec quelques timides échanges diplomatique, l’Automne vit l’empereur Scorpion s’offrir une valse de pourparlers avec le sultan Wing, le tsar Mickaël et le roi Sly. Chacun des quatre chercha à s’étendre sans déranger le voisin. Bien sûr la carte ne leur permettrait pas de tenir leurs engagements bien longtemps.

Année 1901

Une entente semble poindre entre l’Empire Austro-Hongrois et le Royaume d’Italie, car dès le Printemps, des soutiens en commun apparaissent et délogent les turcs de Bulgarie, sans faire de prisonniers. Ainsi le sultan doit se contenter de couvrir sa péninsule. À l’ouest, la solidarité féminine semble de mise entre la kaiser et la présidente française et renvoient les britanniques en Mer du Nord, qui s’étalent déjà dans tous les autres mers nordiques. Pendant ce temps-là, le tsar se déplace doucement en Prusse.

DiploMapAvril15t1

A l’automne, la France contrôle l’Océan Atlantique et ravit une Manche délaissée. Les anglais prennent les Pays-Bas, mais commencent à surveiller ces « froggies » un peu trop proches de leurs falaises natales. Ainsi la solidarité entre femmes du monde n’aura été utile qu’une saison, car en plus de perdre les Pays-Bas, la kaiser voit déferler l’infanterie russe en Silésie.

jeux2504152

La Manche, véritable discorde entre français et anglais.

À l’est du Bosphore, le sultan parvient à motiver ses troupes qui reprennent la Bulgarie aux austro-hongrois. Silencieusement, les italiens s’installent à Tunis. Mais les alliances, pire, les soutiens austro-hongrois envers les italiens pour tenter de ravir la Roumanie aux russes, commence à faire réfléchir le tsar Mickaël.

Année 1902

Sur un coin de table, dans une chambre isolée, ou au milieu des bruits d’un vestibule, les traités de non-agressions semblent se nouer. Toutefois, seules les accords de soutien prévalent.

Ainsi l’Empire Austro-Hongrois et le Royaume d’Italie assoient leurs alliances dans les Balkans et s’offrent, sous bannière italienne, la Roumanie, sous quelques cadavres de l’Oural. Les russes se font aussi expulser de Silésie par les allemands, devant se replier en Mer Baltique. Pendant ce temps-là, les ottomans ne parviennent pas à percer les défenses italiennes de Grèce.

En Europe occidentale, les français et les anglais se déploient sur leurs territoires respectifs, s’observant par delà la Manche. Mais les britanniques poursuivent leur extension vers l’est, en se saisissant du Royaume du Danemark, déportant quelques allemands.

DiploMapAvril15t2

À l’automne, les discussions entre le tsar Mickaël et l’empereur Scorpion reprennent, mais les diplomates austro-hongrois tissent leur toile d’influence politique également auprès du sultan Wing, du roi Sly et même auprès de la kaiser Doucedidine. Le roi DomCo se demande à quel jeu joue l’empereur Scorpion: remet-il un peu plus d’équilibre dans les forces militaires qui l’entourent ? Échange-t-il des informations entre les différents protagonistes ? Toujours est-il que la couronne britannique tient à rester concentré sur le maintien de ses forces navales sur le continent, et garder un œil sur les armées de la République Française qui ne semble pas être intéressé de se déployer vers le sud, et de marcher sur l’Italie.

Ainsi les navires de sa Majesté reprennent le Royaume de Belgique à des allemands isolés, mais s’installent aussi à Kiel. Mais les mers nordiques ne sont pas toutes contrôlées et les navires « gaulois » remontent sur l’Islande. L’armée russe s’étend à l’ouest, en obtenant facilement le Danemark, et est repoussée d’Odessa par des turcs, surnuméraires depuis qu’ils ont été chassés, une nouvelle fois, de Bulgarie par des hongrois fortement soutenus par les italiens. Le roi Sly semble même offrir à l’empereur Scorpion la Galicie.

Année 1903

Après quelques renforts, surtout pour les anglais et les italiens, le Printemps arrive et un nouveau ballet de tractations diplomatiques commence. Bien sûr, rien ne semble remettre en cause l’alliance italo-austro-hongroise. Ainsi l’armée austro-hongroise va à Budapest, et la « fanteria » se déplace en Serbie, pendant que la « flotta » se déploie dans les zones maritimes du sud-est.

Mais quelques discussions entre un anglais bien établi et un russe perdu offrent Berlin au tsar Mickaël, réduisant encore les possibilités de ressources industrielles de la Kaiser. La flotte britannique s’efforce de garder la Belgique, finalement sans menace, et de revenir en Manche, sans succès car bien protégée par les français.

DiploMapAvril15t3

L’automne pointe son nez, rappelant à tous l’importance des positions à la fin de cette année. Car, comme à la fin de chaque année, des renforts arrivent en fonction des villes industrielles (points sur la carte) aux conquérants qui les dominent.

L’assiduité anglaise finit par payée et parvient à reprendre la Manche aux français, qui eux poursuivent leur progression arctique par la Mer du Groenland, mais accostent dans les Cornouailles et investissent le Canal St Georges. Les allemands réintègrent Berlin à leurs possessions, en perdant la Silésie.

À l’est, les ottomans doivent quitter la Mer Égée, repoussés par les italiens, alors que les austro-hongrois se contentent de protéger leurs territoires.

À mi parcours de cette partie, les joueurs se rendent compte que la carte peut changer facilement, que les territoires « en coin », comme l’Angleterre, la France, la Russie et l’Empire Ottoman, n’ont pas d’autres choix que l’extension par le continent, et que ceux qui se retrouvent au-milieu peuvent difficilement garder leurs régions.

Doucedidine l’allemande s’accroche à 2 points. Bob l’ottoman est à 4 points. Mickaël le russe maintient un score de 5 points. Scorpion l’austro-hongrois et Mara la française sont ex-aequo avec 5 points glanés de deux manières différentes. Sly l’italien obtient 6 points avec une Mer Méditerranée à sa botte. Quant à Domco l’anglais, il tient le haut du tableau avec 7 points.

Année 1904

Toutefois les saisons précédentes ont vu des retournements, véritables coups du sort ou résultats d’une diplomatie payante.

Comme ces français qui naviguent au pole arctique, progressant ainsi en Mer de Barents, ou ces austro-hongrois qui s’emparent de Varsovie, à la surprise du tsar Mickaël qui avaient envoyés ses troupes faire le grand écart. Bien lui en a pris car son drapeau flotte à nouveau sur Berlin, grâce au soutien anglais, et sur Odessa. Alors que Liverpool tombent aux mains des français, la flotte britannique encercle cette région, en reprenant les Cornouailles, en s’installant dans les Highlands écossais et en protégeant Londres, au prix de délaisser la Manche.

Le printemps offre aux ottomans de venir en Roumanie, mais, en plus d’avoir perdu Odessa, ils doivent quitter Smyrne sous les assauts italiens. Pendant ce temps-là, les allemands se réfugient en Prusse et tiennent à Munich.

DiploMapAvril15t4

Les feuilles tombantes annoncent les grandes opérations. Le roi Sly semble donc bien s’établir en Méditerranée, mais cela ne l’empêche pas de discuter encore avec l’empereur Scorpion pour réduire la possible menace russe, ou de conseiller la présidente Mara de contenir et surveiller le royaume britannique, isolé et sans soutien fort.

Toutefois la marine britannique prend sans discuter le Danemark aux russes. Les français explorateurs débarquent finalement à Saint-Petersbourg et leur marine contrôle à nouveau la Manche.

Massacrant quelques soldats hongrois, les turcs préfèrent la Bulgarie à la Roumanie, laissant cette dernière aux austro-hongrois repoussés par les italiens. Car le roi Sly étend son influence à Trieste, renvoyant des exilés hongrois en Mer Adriatique.

Pendant ce temps, l’Allemagne, réduite à deux armées d’infanterie, semble en paix avec ses voisins.

Année 1905

Le printemps voit l’alliance entre l’empereur Scorpion et le roi Sly s’effriter. L’Autriche-Hongrie doit s’étendre pour survivre, au risque de perdre sa puissance et son influence dans les Balkans. Ainsi une tentative pour revenir en Serbie réussit avec le soutien ottoman. Au même moment, les italiens reprennent à l’Empire Ottoman la Bulgarie et déferlent sur Constantinople, massacrant quelques soldats et marins turcs. Puis les russes s’installent en Roumanie libre. Dès lors, le sultan Wing ne possède plus qu’une ou deux unités, contenues entre les forces russes et italiennes.

Entre les français et les anglais, les frontières bougent sans réduire leur capacité et leur influence. Ainsi quand la marine britannique reprend Liverpool, les armées tricolores les délogent de Belgique. Enfin l’armée survivante allemande tente de revenir à Kiel mais est bloquée par une offensive anglaise.

DiploMapAvril15t5

L’automne arrive et les armées s’installent.

À sud, une flotte austro-hongroise s’exile en Mer Ionienne, sans surveillance italienne. À l’ouest, la flotte française perd aussi le contrôle de la Manche sous l’insistance anglaise. De plus, la présidente Mara a donnée l’ordre d’évacuer Saint-Petersbourg, sachant les russes à proximité.

Les unités italiennes procèdent à une réorganisation, les dernières forces ottomanes ne reçoivent plus d’ordre et l’unique unité allemande escorte la kaiser Doucedidine dans les Alpes, laissant l’est et l’ouest se quereller.

Année 1906

De retour de son excursion russe, une flotte française ravit la Norvège aux anglais, qui s’installent dans la Suède toute proche. La « forza italia » contrôle la Mer Noire, la Mer Ionienne et la Mer Tyrrhénienne, et repousse une flotte austro-hongroise isolée en Tunisie, puis en Méditerranée Occidentale. Pendant ce temps-là les autres armées de l’empereur Scorpion reprennent Trieste.

DiploMapAvril15t6

Puis à l’automne, les italiens éliminent la dernière troupe ottomane à Ankara, ne laissant plus en Caucase qu’une communauté turcophone sans armée. Ils en profitent également que les défenses françaises se concentrent autour de la Manche pour s’installer à Toulon, et que les armées austro-hongroises soient affaiblies pour reprendre sur Trieste et Tunis.

Expulsées de Norvège par les britanniques, une flotte française profite d’une réorganisation des troupes russes pour revenir à Saint Petersbourg, pendant qu’une autre investit l’Edimbourg anglaise, dont les navires partent contrôler le Canal St Georges et la Mer du Groenland.

Alors que le tsar Mickaël peste contre le retour des français sur ses terres natales, le sultan Wing et la kaiser Doucedidine échangent quelques mots autour d’une table(tte) de jeu. Les pauvres, faut les comprendre.

Année 1907

C’est la dernière année avant qu’un fin stratège et bon diplomate soit déclaré vainqueur.

Le royaume d’Italie se répand sur les différents golfes et mers de Méditerranée, réduit les possessions austro-hongroises, repoussant une de leurs flottes jusqu’en Espagne puis la massacrant en terre ibérique, et efface définitivement l’Empire Ottoman de la carte.

La flotte britannique s’installe à Berlin, tandis que l’armée russe éloigne pour de bon les colons français de Saint-Petersbourg.

DiploMapAvril15t7

L’année va s’achever et cette période de tensions et de guerre atteint son paroxysme.

Le roi Sly parachève sa stratégie et envoie ses unités italiennes vers des victoires sûres, comme l’Espagne, Budapest et Odessa.

Même si tous voient la domination italienne se profiler, certains tentent encore de grappiller quelques régions avant la clôture des traités d’armistice. Ainsi les anglais et les français espèrent, par quelques mouvements et soutiens, s’adjuger d’anciennes colonies, mais rien n’y fera. Finalement, mise à part la kaiser qui revient à Munich, tous resteront sur leurs positions.

Armistice du 1er janvier 1908:

DiploMapAvril15Endtest

Étant établi en ce jour, à Asnières sur seine, France, en la présence :

– du roi Sly17, monarque du Royaume d’Italie, régent d’Espagne, sultan de l’Empire Ottoman, régent de territoires hongrois (15 points)

– du roi DomCo, monarque du Royaume Uni, régent des royaumes de Norvège, de Suède, des Pays-Bas et du Danemark, et des territoires de Kiel et Berlin (8 points),

– de la présidente Mara77, Présidente de la République Française, administratrice du Portugal et du comté d’Edimbourg (5 points),

– du tsar Mickaël, monarque de Russie, régent de Silésie et de Roumanie (3 points),

– de l’empereur Scorpion, régent des territoires autrichiens (2 points),

– de la kaiser Doucedidine II, monarque sur les principautés de Munich et de Prusse (1 point)

– et des représentants du sultan Bob Wing, en exil et réfugié en Suisse (0 point).

Est entendu que toutes les parties présentes n’useront pas de représailles ludiques, de transgressions « historiques » ou de recours en justice auprès de l’assemblée des Stratèges Ambitieux Ludiques Oppressés, Piétinés, Expulsés et Sans-terre.

Tous reconnaissent ainsi le roi Sly17 vainqueur de cette partie de Diplomatie.

Et voici une vidéo de la progression de la partie:

Je savais que Diplomatie était un jeu très long et il n’a pas failli à sa réputation. Mais j’ai été agréablement surpris que, à condition d’avoir encore des capacités militaires pour parlementer ou s’affirmer, on ne s’ennuie pas. Il y a tellement à réfléchir pour avoir une stratégie viable et écrire des ordres clairs. De plus, chaque étape est temporisée, ce qui permet de garder un certain rythme à chaque tour. Personnellement, j’y suis venu, j’y ai été vaincu, j’ai aim »u ».

jeux2504151

L’armée italienne en ordre de marche dans le Bosphore.

Merci d’avoir lu cette petite « reconstitution » et rendez-vous à la prochaine partie.

Share Button
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.