Share Button

Citadin de nature, je me plais dans beaucoup de loisirs d’intérieur.

Donc rien ne vaut quelques amis autour d’une table, pour jouer, pour rire, pour manger ou discuter.

Le bruit des humains, le souffle de l’amitié, le vent de la bonne humeur.

Ayant découvert le jeu de société comme tous le monde avec le Monopoly, la Bonne Paie et autres titres de supermarché, l’enfance s’est passé sans embûches.

Puis les parents vous font découvrir les jeux de cartes comme le Tarot, puis le lycée nous apprend la Belote. Là le vice de la prise de risque, de la stratégie et du comptage des cartes commence.

Après quelques tentatives infructueuses d’initier la famille au Risk (oui, j’aime le Risk na!) et le manque de temps pour exploiter un Heroquest, seuls le Tarot et la Belote traversent le temps et les nuits blanches.

Jusqu’à la découverte d’une boutique spécialisée dans ma ville en 2009. Et je découvre un monde sans fin, sans loi, sans maître (sauf de jeu… si ce n’est le jeu lui-même, le maître).

Commence alors un Risk Seigneur des Anneaux et un Formula D (Rhaa Lovely…). Puis j’entre dans une association de jeux de figurines où je découvre Mémoire 44, les armées fantastiques, Wings of War et « X-Wing Le jeu de figurines ».

Puis un site de sorties organisées sur Paris finit par me combler de bonheur, en partageant avec d’autres fous ce vice immodéré pour la baston douce, la trahison conseillée ou la foire d’empoigne organisée.

« X-Wing le Jeu de Figurines » me rappelle mes jeunes années aux commandes des plus beaux appareils de la Guerre des Étoiles, aux manettes des jeux-vidéo ‘’X-Wing’’ et ‘’Tie-Fighter’’ de feu Lucasarts.

Et puis avec tous ces jeux de société, il y a forcément des figurines à peindre, du matériel à améliorer et à ranger. Mais le nez dans la peinture de figurines n’est pas d’aujourd’hui. C’est la tradition familiale qui veut que le maquettisme et le modélisme soient dans les gênes. Un grand-père dans le train HO. Mon père dans le cirque. Et moi, un premier kit prêt à l’emploi de chez Heller à l’âge de dix ans.

Plus tard, j’ai dépensé un peu d’argent dans des kits d’avions et voitures, et tenté de peindre « correctement » avec de la peinture « Enamel ». Quelques vaisseaux issus de la Guerre des Étoiles et de Star Trek subirent mes lourdes pattes au milieu des années 1990 (aïe une date, me ferais-je vieux ?). Finalement une boîte d’Heroquest et la découverte de la peinture acrylique m’apprennent définitivement la dose légère, le pinceau doux, le pointillisme dans les détails et surtout les techniques d’ombrage, de luminosité et de « nain sali par la poudre et le sang ». La douceur de l’artiste, je vous dit…

Mais comme beaucoup de ma génération (et celles à venir), l’informatique et les médias sociaux nous offrent la possibilité d’avoir plusieurs cordes à notre arc. Rien que ce site web par exemple.

Une feuille qui tombe devant vous… un oiseau dans le ciel au vol singulier… un mot étrange glissé dans une conversation… Des signes qui enflamment nos imaginations… Tout ce qui faut pour avoir assez d’envie et de courage pour quelques dessins et écrits.

Bref bienvenue à vous sur ce site et bonnes lectures.

Share Button